December 21, 2020

Engagements RSE chez Emakina : des paroles mais surtout des actes.

Posted by

Romain Dehaudt, Head of Revenue & Operations

En cette fin d’année 2020, il est temps de faire le bilan d’une année qui aura chahuté le rapport à la consommation des clients et même, le rapport que les consommateurs entretiennent avec les marques.

Cette année plus que toute autre a porté haut et fort des questions essentielles sur l’impact de nos actions dans un contexte complexe. Chez Emakina, nous l’avons observé : les consommateurs ont eux-mêmes interpellé les grandes organisations, jusqu’aux États, sur leurs engagements et leurs actions concrètes. Jamais cette dynamique n’avait pris une telle ampleur.

Pour clôturer l’année, nous avons souhaité revenir sur nos engagements RSE, notre philosophie, les moyens mis en place et nos actions concrètes… afin de nous projeter vers 2021.

Quels sont les engagements RSE pris chez Emakina ? Comment mesurer ce qui a été fait ? Alexis Mons, Head of Legal, répond à toutes ces questions.

Les engagements RSE : de quoi parle-t-on ?

La RSE est un sujet au coeur du développement d’Emakina

“Entre éthique et réduction de l’empreinte carbone, la RSE est l’effort qui confère à l’entreprise son impact positif au niveau sociétal et environnemental.” Alexis Mons

En tant que User Agency et plus globalement en tant qu’organisation, il nous a toujours semblé important de prendre des engagements concrets et tangibles, tant dans nos relations avec nos clients que vis-à-vis de nos partenaires. La RSE est un fort élément de réassurance et de compliance pour beaucoup de nos clients. Et au-delà de ça, développer une démarche RSE puissante et sincère entre dans une logique normative et le sera vraiment en 2021.

Nos 4 piliers de la RSE 

Nous sommes membre du United Nations Global Compact : nous mettons l’accent sur les droits de l’Homme, la qualité de vie des employés, l’éthique et les autres aspects définis par ce mouvement d’envergure planétaire.

Ce socle de valeurs primaires s’illustre en divers commandements qui ont pour enjeu de répondre à 3 grands objectifs :

  • Réduire notre empreinte écologique globale ;
  • Développer le cadre de travail le plus épanouissant possible pour nos collaborateurs ;
  • Maintenir un haut niveau d’éthique professionnelle.

Comme membre fondateur d’Opquast, nous affirmons notre conviction d’agir pour l’inclusion dans le numérique, c’est-à-dire ne laisser personne au bord de la route dans la transformation digitale de la société. Cela répond en premier lieu aux enjeux d’accessibilité du web, d’illettrisme, d’illectronisme et plus globalement du respect des standards du web pour que tout utilisateur bénéficie d’une belle expérience. Nous sommes labellisé Opquast Partners. Tous nos collaborateurs opérationnels sont certifiés et Opquast est devenu une sorte de culture commune.

Nous faisons partie de l’association APCI qui promeut la place du design et sa puissance transformatrice auprès de tous les publics et notamment des entreprises, dans ses dimensions systémiques et expérientielles. Chez Emakina, nous croyons en la place du design au service d’expériences digitales respectueuses de l’humain.

Enfin, nous sommes crédité du Label ENR (Entreprise Numérique Responsable) depuis 5 ans maintenant. Il reconnaît notre approche RSE globale, plus particulièrement notre éthique des affaires et l’inclusion des clients dans tous les processus.

Depuis cette année, nous affirmons notre attention aux enjeux d’impact climat, qui a conduit Emakina à être signataire de l’initiative Planet Tech Care.

Quel bilan tirer de cette année et de cette décennie en matière de RSE ?

Pour la 5ème année, Emakina tire un bilan et prend des engagements forts :

  • Avec United Nations Global Compact, de nouveaux engagements seront pris au cours du premier trimestre 2021. Certains ont déjà émergé avec le projet Play international, d’autres adressent des problématiques d’équipement des bureaux. L’objectif est d’en finir avec les plastiques pour les remplacer par des objets durables.
  • Toujours partenaire Opquast, le référentiel est désormais en anglais pour une plus grande échelle. Nous maintenons l’effort de formation et de certification de l’ensemble de nos équipes.
  • Au-delà du Label ENR, nous participons activement à la mise en place d’un référentiel et label RSE au sein du Syntec Numérique.

Mais ce n’est pas tout, puisque de nombreux autres engagements ont été pris :

  • Nous avons mis en place L’AFEST, qui encourage le développement des compétences au sein même de nos parcours professionnels. Ce dispositif de formation en situation de travail est permis par la réforme de la formation professionnelle. 
  • Avec le plan 1 jeune 1 solution, le gouvernement vient en aide aux jeunes dont la crise limite l’entrée dans la vie active. Cette initiative vise à offrir une solution à chaque jeune à l’aide d’un ensemble de leviers comme la formation, l’aide à l’embauche ou l’aide financière. Emakina soutient et se mobilise au service de cet objectif.
  • En nous appuyant sur les travaux de l’Institut numérique responsable, notamment ses Moocs, nous voulons inciter nos collaborateurs à développer une approche durable de leur métier.
  • Nous proposons à nos clients des ateliers de sensibilisation SRN (sobriété et responsabilité numérique) pour intégrer cette dimension dans tous nos projets.
  • Enfin, anticipant les obligations de scoring de l’impact carbone des actifs numériques, nous voulons les sensibiliser au suivi du “coût carbone” de leurs plateformes numériques.

La RSE en synthèse…

Ces engagements sociétaux s’inscrivent en fait dans une logique qui remonte à l’ADN même d’Emakina :

Emakina, c’est la user agency, la prise en compte de l’utilisateur au cœur de l’action. Cette approche inspire alors naturellement notre dynamique RSE”. Alexis Mons, Head Of Legal.

Au-delà des dimensions législatives ou normatives qui permettent d’améliorer les expériences de toute sorte, il y a 2 faits majeurs qui se révèlent porteurs d’une attitude volontairement positive de notre part : 

  • La maturité du numérique se révèle dans l’exigence des internautes et maintenant des États envers les “géants du numérique”. Parti de l’enjeu sur la protection des données, il englobe maintenant tout, avec une plus grande considération de la dimension sociale et sanitaire car la population a un rapport de plus en plus critique avec le digital.
  • La dimension climat et environnementale au niveau mondial est importante, et le numérique doit prendre sa part de responsabilité dans la mesure où il représente une part potentiellement croissante des émissions de gaz à effet de serre. Cela passe par la mesure de l’impact carbone et sa maîtrise, la sensibilisation des collaborateurs et des clients.

Les injonctions législatives se multiplient et nos clients y sont hyper sensibles. Le numérique est la filière qui avance le plus rapidement sur les considérations de réduction de l’empreinte carbone du fait d’une agilité culturelle. Cela doit permettre de consolider fortement ces engagements. Poursuivons nos efforts pour accompagner nos clients à générer plus de business de manière responsable et durable.

Comments are closed.