February 25, 2020

Comment Courir s’est mis au sprint pour accélérer son business

Posted by Romain Dehaudt, Head of Revenue & Operations

Pour tout acteur du retail, passer à l’ère du commerce unifié n’est pas une option. Derrière ce terme, se trouve un enjeu très simple : celui pour la marque de s’adapter à ses clients et de répondre à leurs attentes dans un contexte où ils n’ont probablement jamais eu autant de choix pour réaliser leurs achats (site e-commerce, application mobile, magasins en propre, distributeurs, e-retailers, marketplaces, etc). 

Pour autant, passer d’une approche e-commerce à une approche de commerce unifié est loin d’être (exclusivement) une histoire de technologie. Il s’agit en réalité de repenser l’entièreté des parcours utilisateurs pour délivrer une expérience globale online et offline, sans couture. Ce travail est justement au coeur de la méthodologie de Design Sprint. Un principe de conception éprouvé chez Emakina et par lequel nous démarrons tous nos projets.

La marque Courir, leader de la sneaker, fait justement partie des marques à avoir adopté le design sprint pour passer au commerce unifié et accélérer leur business.

Un objectif de business ambitieux à atteindre

Lorsque Courir a choisi Emakina comme partenaire business, la marque disposait déjà d’un fort réseau de distribution avec plus de 260 magasins et un site e-commerce performant, mais perfectible. Pour Courir et l’équipe Emakina, l’enjeu n’était donc pas seulement de faire un “bon” site e-commerce mais de repenser l’approche business de la marque au prisme des attentes des clients pour atteindre des objectifs clairs : multiplier par trois son chiffre d’affaires. 

Un projet de business avant tout donc, mêlant savoir-faire technologique et expertise design. Car au démarrage du projet, le site révélait de véritables failles de rapidité et d’instabilité, avec des parcours utilisateurs peu optimisés et entraînant des abandons de panier trop fréquents. Un frein au développement de Courir. 

Le co-design, facteur clé de succès du projet

Le recours au co-design est pour nous un aspect inaliénable dans la conception d’écosystèmes de commerce unifié. Depuis le premier jour d’immersion du sprint jusqu’au dernier jour de présentation des interfaces du site, nous constituons une équipe composée de profils pluridisciplinaires (planneurs stratégiques, design strategists, designer UX, designers UI, consultants, sémiologues, etc) mis aux côtés des parties-prenantes Courir (CEO, digital, marketing, communication, boutiques, etc). Selon nous, c’est la condition sine qua non pour identifier les solutions fonctionnelles les plus pertinentes au regard des enjeux business évoqués.

Lors de ces sprints de design, nos sprint masters s’appuient sur des outils méthodologiques éprouvés et constamment mis à jour pour donner du rythme à cette session de travail et tendre vers des livrables immédiatement appropriables et activables en fin de sprint. Car qui dit sprint, dit contrainte de temps, mais surtout pas baisse d’exigence. 

Un nouvel écosystème de marque pensé pour le client

Afin de consolider la position de Courir et de créer une expérience véritablement adaptée aux attentes des consommateurs, nous avons travaillé sur un tout nouveau socle technologique permettant de sécuriser les performances. 

Mais c’est surtout un travail de fond qui a été réalisé pour revoir et simplifier l’expérience et les interfaces utilisateur. En résulte également une meilleure cohabitation des marques distribuées par Courir, avec notamment des espaces dédiés à chacune pour permettre de laisser exprimer leurs différences et leurs personnalités. 

En point de vente, les équipes ont également été équipés de tablettes vendeurs leur permettant un accès aux stocks de toute l’enseigne et donc un plus large choix de produits proposé aux clients. Désormais, il est possible de commander des sneakers qui ne sont pas en magasin pour une livraison rapide en boutique ou directement chez soi, de faciliter l’upsell et le cross-sell via des recommandations personnalisées de produits et d’accessoires. Pour le consommateur, les boutiques deviennent également des espaces de retraits pour leurs achats réalisés en click & collect et des espaces d’essayage pour les produits e-réservés.

Une accélération significative du business

Aujourd’hui encore, les principes de co-design et d’agilité rythment les projets d’amélioration continue de la marque. L’omnicanalité étant désormais au centre de toute les réflexions, le digital est devenu un véritable relai de croissance, chiffres à l’appui.

Le nouveau site associé aux tablettes vendeurs ont notamment permis d’augmenter la connaissance client, pour une relation personnalisée et in fine, une sélection produit plus pertinente. Une frontière entre online et offline complètement estompée puisque les tablettes représentent désormais 30% des ventes online et le click & collect génère 60% des livraisons. Le tout, pour un chiffre d’affaires en hausse de +87% la première année. 

Le e-commerce est mort, vive le commerce !

Comments are closed.