Donnez votre avis
February 8, 2008

LIFT Conference : Bruce Sterling prédit une année merdique

Posted by Webmaster

“2008 is not going to be a pivotal year. It’s a crap year.”
IMG_0481.JPGHier, Bruce Sterling était invité a dévoiler sa vision de 2008 et au delà pour faire l’ouverture des sessions de conférences de LIFT 08. C’est à la fois un auteur de science fiction, un journaliste et un critique de design mais surtout c’est le cyberpunk qui a rêvé il y a déjà longtemps notre monde d’aujourd’hui (comme les fameux “reputation servers” dans Distraction en 1998 dont on commence à voir seulement maintenant la traduction effective avec eBay et les réseaux sociaux)


Il paru très préoccupé par le manque d’innovation global, le consensus autour de la répression du P2P, la récession généralisée, l’issue des élections américaines, les Jeux Olympiques en Chine et par les très prochains rendez-vous technologico-financiers de 2008 (Yahoo + Microsoft).
“Microsoft is so boring Gates left.”
Mais surtout, Sterling fut particulièrement corrosif à propos de Nicolas et Carla. En fait, il fut très critique du discours ambiant sur l’extension à plus de 50 ans de la durée du copyright. Cela n’est pas seulement en projet en France où le président à épousé une détentrice de droits musicaux et compte pour ami personnel Johnny Halliday. Il se trouve justement que le chanteur va bientôt commencer à perdre quelques droit sur ses chansons des années 60 alors même qu’il doit arrêter de se produire l’an prochain. Nicolas Sarkozy ne fait pas mystère de son ambition d’aller porter la bonne parole à la Commission Européenne et Christine Albanel, si elle a montré une certaine résistance au projet de la mise en vente de collections d’art françaises a déjà évoqué une inadaptation de la durée des droits voisins européens “à la durée de vie d’aujourd’hui”.
Inquiet que les médias et la publicité tiennent encore le monde en grande partie dans leur mains, Sterling nous proposa même pour Nicolas et Carla 4 scenarii de politique/culture fiction qui mixaient dans tous les sens les paramètres d’ambition et de publicité.
Bien sûr, une conférence d’ouverture se doit d’être drôle et incisive mais l’acuité dont a fait preuve par le passé Sterling sur ces sujets donne à son discours une autre dimension…

Laurent Haug

Un an après on se dit qu’il n’avait pas tort 😉