May 27, 2006

Bic a (presque) compris le net…

Posted by

Manuel Diaz

Si bon nombre de marques se posent encore la question de comment utiliser l’Internet au service de leur com, on peut dire que certaines ont bien compris au moins l’un des aspects majeurs du réseau : son aspect viral. Qui n’a pas reçu ces petites animations drôles, ces jeux en ligne qui nous font sourire, nous détendent tout en mettant en avant une marque que nous consommons tous et dont nous allons forcément parler et transmettre à nos proches si l’instant de consultation a été plaisant…

Technorati Tags: ,

C’est ainsi que Bic, en cette période d’examen, nous propose : http://www.assuralecrit.com/. Un seul regret, le côté participatif a été délaissé : un blog aurait permis à Bic de capter et d’échanger avec la communauté, nombreuse, qui a visité ce site. Rien que sur technorati, en limitant la recherche uniquement au français, on note 433 réponses sur la recherche “stylo bic” et nombreux sont les blogs qui parlent justement de cette opé incentive. Quel dommage de ne pas s’ouvrir au dialogue avec ses clients !

En tout cas, je serais curieux de connaître les retours d’une telle initiative. Je suis intimement persuadé que l’on surplombe nettement, en matière de notoriété, toutes les approches de promotion produit par les newsletters dont l’efficacité est désormais quasi nulle (effet spam), voir même inverse, dès que l’on adresse des cibles qui n’ont pas sollicité personnellement une volonté d’être informées. Alors oui la CNIL est claire sur ce sujet mais il suffit de regarder nos boîtes mails pour se rendre compte que peu respectent ses directives.

Personnellement, dans le cas d’un lancement produit ou d’une promotion de marque, je crois nettement plus à une approche mixant les ingrédients suivants : jeu en ligne à univers persistant ou pas + blog + ecards + sms + lots à gagner sur les high scores. Et vous, en tant qu’internaute, qu’appréciez vous le plus comme approche dans ce domaine ?

metallah

tiens c’est marrant je suis justement tombé hier sur l’une de ces vidéos hillarantes :
http://www.muriel-tournadre.com/?2006/05/18/197-video-virale-bic
je suis tout à fait d’accord avec Manuel, le côté participatif est sous utilisé et sous estimé. Quelquepart beaucoup d’entreprises ont certainement peur des risques que l’on peut prendre si le message ne passe pas ou pas mal…
personnellement c’est toujours le côté communautaire qui m’a fasciné et interessé sur internet

etienne

La campagne est vraiment sympa,
et sur un sujet dont on sait déjà qu’il court dans les boîtes mails (perle du bac et autres…).
je suis aussi interessé par les retombées Manuel si tu en vois passer ;-. En tout cas bravo à Bic pour ce projet.
Sur l’interactivité, je fais trois remarques pour me mettre un peu du côté de l’annonceur,
La première est que l’opération elle-même est populaire parceque les videos marchent bien, on parle finalement peu de Bic, de son job, de ses produits, y compris dans les blogs qui relatent l’opération.
La deuxième est qu’effectivement il craint de ne pas bien contrôler ce qui va se produire, ou ne pas se produire. Le blog peut rester très peu actif – c’est déceptif ; il peut laisser trop de place à des commentateurs mécontents qui s’en servent de tribune éventuellement sur d’autres sujets – c’est embarrassant, il peut obliger à modérer – c’est mal vu par les internautes et peut rendre la marque cible de critiques sur un manque de transparence.
Enfin troisième remarque, et elle est complémentaire de la précédente, souvent les annonceurs n’ont finalement pas grand chose à annoncer. C’est en tout cas l’impression qu’ils ont (hors de l’info institutionnelle). ces projets web, gérés par les équipes marketing, sont souvent nés d’une campagne produit, il ne sont pas prévus pour être le berceau de la marque. Du coup, hors de la fiche produit, il n’y a pas de discours, pas de contenu, et pire encore pas de gens pour communiquer…
Et souvent, on se rend compte que c’est ce qui manque : quelqu’un chez l’annonceur qui peut parler au nom de la marque.
Une présence interactive et pérenne sur le web, c’est un vrai choix qui sort d’une simple campagne virale.
Mais dans le cas de bic, il y a surement moyen de faire quelque chose (pérenniser la relation avec les étudiants dans le contexte examen en travaillant un support contenu / conseils ?, parler du partenariat avec la Fede De Rugby, + du témoignage client à la Journaldemapeau pour le métier Rasoirs ? quelques mots de l’équipe de leur programme social en amazonie ?)…
on peut lancer une boîte à idée !