Donnez votre avis
October 19, 2008

L'école sur le quai, les élèves dans le train

Posted by amo@emakina.fr

Demain, Eric Besson va nous présenter son fameux plan, sur lequel ne n’attend rien ou presque, mais dont les bonnes feuilles nous annoncent, pour l’éducation, la création d’une plateforme d’identification et de présentation des ressources, des usages et des bonnes pratiques en matière numérique, ouverte à tous ; élèves, enseignants et parents. Dix ans après campus numériques et autres expérimentations numérico-pédagogiques diverses, on en serait donc encore là. Ça fait peur. l’école numérique est-elle encore sur le quai quand ses élèves ont pris le train ?


J’avais dis, il y a deux ans déjà, que l’enseignement devait entrer dans la société de l’information. Certains m’ont repris avec un “devrait faire partie”, mais je maintiens que c’est elle qui est en dehors, ne serait-ce que parce que si elle les cherchent encore, ses élèves ont, eux, des usages de masse. On a même du mal à les suivre, mais on sait que c’est eux qui ont les clés. J’ai moi-même constaté ça à nouveau récemment. Etant invité à donner récemment un cours sur la veille web, j’ai trouvé des étudiants qui, 15 jours après la rentrée, faute de trouver de quoi collaborer chez l’Université, s’étaient montés un WordPress privé tout seuls et y discutaient ferme autour des PPT et autres docs que leurs profs leur servaient par mails.
Je ne suis évidemment pas en train de dire qu’il n’y a pas des discussions (comme chez Apprendre 2.0) et des avancées, je dis juste qu’elles sont trop lentes, qu’elles restent à petites échelles, qu’elles portent rarement sur les usages et plutôt sur de la plomberie informatique. Il en faut, mais c’est un moyen et pas la fin.
Il n’y a pas que chez nous, en France, que la question se pose. Même Howard Reingold en vient à croire qu’il faut en passer par les outils, en open-source avec l’argument du pas-cher (…). Sa Social Media Classroom est un environnement que je trouve personnellement un peu décevant car trop orienté “outil”, même s’il faut aussi les apprendre, les outils. Enfin, on savourera l’argumentation du grand Howard, qui sait nous proposer de bonnes perspectives…

Le problème, ce n’est pas les outils, c’est de penser les choses autrement.

Comments are closed.