Donnez votre avis
April 17, 2008

Digg : il y a une autre vie après l'adoption

Posted by amo@emakina.fr

Il y a longtemps déjà, j’avais critiqué la pertinence de ce que certains services web 2 mettaient en avant, car le “jugement de la foule” qui s’y produisait était sous l’influence de la communauté dominante. C’était typiquement le cas de Digg, espace alors dominé par les geeks. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, comme le montre cet excellent article de Richard MacManus. Là où les sujets technologiques pesaient les 3/4 des contenus, ils en représentent aujourd’hui moins du quart et fondent de moitié tous les ans.
Voilà qui est intéressant. Comme quoi on se fait une idée trop à l’emporte-pièce des choses. Il faut savoir attendre la maturité des usages, car c’est la masse qui fait le sens de ces environnements, pas uniquement ce qu’en pensent les early-adopters, avec leur tendance à les porte aux nues, puis à les vouer aux gémonies, enfin à les ignorer. D’une certaine façon, je me demande si cela ne donne pas de l’eau au moulin de ceux qui doutent de l’impact réel et durable des influenceurs.
Francis Pisani parle de dilution des early-adopters, mais fait aussi le lien avec l’intégration de Digg avec Facebook, lieu où les early-adopters ne sont pas dominant (et actuellement en phase de désengagement), et dont la caractéristique d’écosystème permet d’articuler des services plus spécialisés.
Hier, BlogIT ouvrait la possibilité de co-publier depuis Facebook parce que c’était plus simple de publier vers les autres. Certes Facebook et son cadre applicatif peut être une sorte de caisse à outil pour faire pleins de choses depuis lui vers les autres, mais cela ne concerne en fait que très peu de gens. L’immense majorité a autre chose à faire de son temps, mais profite sans-doute du mini-feed et des aspects viraux de Facebook pour découvrir des services plus ciblés, donc Digg pour ce qu’il présente en intérêt.
Facebook déçoit ses early-adopters, mais n’en reste pas moins un environnement de masse. Si ‘on considère qu’il est d’abord un écosystème appplicatif, faut-il voir les nouveautés qui s’y produisent en terme de couplage de services numériques comme un nouveau sens donné à ce réseau ? peut-être un nouveau positionnement par l’usage ? À suivre …

  • Ce qui est sûr c’est que les outils comme Facebook auront favorisé l’interopérabilité… car en étant tellement populaires ils ont permis le croisement de multiples applications, le développement des API, et donc les échanges de données. Donc quoi qu’il arrive à Facebook on ne pourra plus dire qu’il ne sert à rien 🙂

  • Alexis, tu as raté une occasion d’interroger Daniel BURKA “Creative Direktor” chez Digg et présent au WIF le 18 avril dernier, à Limoges ;-). Rendez-vous en 2009!