Donnez votre avis
May 1, 2007

Quand les américains prennent des leçons de web 2 en France

Posted by amo@emakina.fr

Ce week-end, sous le soleil Atlantique, je lisais avec intérêt des points de vue élogieux des directeurs de campagne des candidats aux primaires US sur la manière dont les candidats à la présidentielle ont su tirer profit du net et en particulier du web 2, notamment autour de la vidéo.
Etonnant, mais le fait est que le débat Royal-Bayrou suscite outre-atlantique beaucoup d’observations. Exemple sur Prezvid, blog influent autour de la campagne US de 2008, qui relève que le débat s’est retrouvé retranscrit sur un blog (RMC ndr), diffusé en vidéo sur une plateforme oubverte (DailyMotion), vidéo à l’audience massive, sans compter que les deux protagonistes ont repris ladite vidéo sur leurs blogs respectifs, avec là aussi des torrents de commentaires.
Il est vrai que s’il est un domaine où le web 2 a bénéficié d’une adoption puissante et rapide, c’est bien la politique. Il en est presque paradoxal de ne plus s’étonner de voir tous les candidats avec un Ziki et jouer à fond la viralité en couplant vidéos sur DailyMotion et blogs. Je ne connais pas beaucoup de marques qui ont atteind un tel degré d’intégration du web 2 !
Alors oui, le net français est un des grands vainqueurs de cette campagne, comme l’avais déjà souligné Débat2007, en tous les cas en tant qu’outil car je suis personnellement assez déçu du peu de cas fait des enjeux de la Société de l’Information et de l’Economie Numérique, mais passons.
Ne goûtons pas notre plaisir de voir les US trouver idées et innovation chez nous !

  • Ben S.

    Je suis tout à fait d’accord avec toi sur l’éclatante intégration massive du web 2.0 au long de cette campagne.
    en revanche, de là à dire que “le net français est un des grands vainqueurs de la campagne”, c’est malheureusement oublier ce projet de décret liberticide qui tente d’être imposé par le gouvernement pendant cette même campagne (pour plus d’infos : http://emmanueldetaillac.fr/articles/2007/05/01/la-liberte-sur-internet-remise-en-question.html)