Donnez votre avis
February 22, 2007

LA DADVSI bouge encore

Posted by amo@emakina.fr

Pendant que le reste du monde (culturel) prend acte que les DRM, c’est mal, et que d’autres modèles sont possibles, le Ministère de la Culture reste dans sa faille spatio-temporelle, celle qu’il a créé l’année dernière en punissant la Société de l’Information et en signifiant que l’économie française du logiciel et de la technologie pouvait passer par pertes et profits.
Comme on le dit, les paroles s’envolent et les écrits restent. Alors que le Ministère prétend [tout faire pour] défendre le logiciel libre, il n’en publie pas moins, dans un décret publié fin avril, des dispositions qui punissent la simple détention de lecteurs open-source largement présents sur les postes configurés sous OS libres et accessoirement fait barrage au développement d’outils permettant d’envisager l’interopérabilité des DRM qu’il prône lui-même. À force de vouloir dire tout et son contraire cela devient incohérent.
Cela n’a pas échapé à l’APRIL et à l’heure où les candidats font assaut de bonnes intentions vis-à-vis du logiciel libre avec en arrière plan les vertus thérapeutiques qu’on lui prête pour le budget de l’Etat, tout cela ne manque pas de sel.

  • Les promesses électorales sur les logiciels libres, pour moi c’est du vent, et à part faire tourner les moulin de Don Quichotte…
    Ensuite la DADVSI est une énorme bêtise visant à faire les yeux doux aux majors qui avaient souhaité protéger leurs rejetons et qui aujourd’hui ont changé d’avis… Le problème c’est le temps de latence politique… mais surtout ce qu’envisage RDDV pour la suite : “un statut pour les vrais journalistes sur internet”… Mais qu’est-ce que ça veut dire, où ça nous mène et à quoi ça sert ?
    Un statut de journaliste citoyen pour mieux museler la blogosphère ? La libre expression est-elle si gênante dans un pays démocratique ? A moins que nos exemples soient la Chine, l’Iran et la Corée du Nord ? J’aimerai bien voir cette tentative de museler une expression citoyenne en ligne, sous couvert de quelques raisons purement démagogiques…