Donnez votre avis
June 1, 2006

Encéphalogramme plat

Posted by amo@emakina.fr

PMEsiteweb.gifIl y a plus d’un an et demi, j’avais publié ce billet, où je pointait un indicateur fameux, celui de l’outillage des PME en sites web. Redoutable puisque celui-ci était bloqué à 52% depuis 2002.
Or, dans la livraison annuelle de l’enquête BNP Paribas, je découvre que ce taux n’a tout simplement pas bougé. Incroyable ! cela fait donc plus de quatre ans que le compteur est bloqué. Et ce n’est pas comme si le B2B se portait à merveille (sic).
Pendant ce temps nos voisins européens avancent et à ce titre le graphique ci-joint devrait vous faire écarquiller les yeux.
Evidemment, il n’est pas étonnant de se poser des questions sur une relance volontariste de l’évangélisation des TIC dans les entreprises, et je crois qu’il faut maintenant y aller plus franchement.

  • Dans un délire de positivisme exacerbé je me dis :
    – le nombre d’entreprises a peut-être chuté de 20 % non ?
    – Avec le wifi, il a peut-être des connivences afin de profiter à plusieurs d’une même connexion ? Non plus ?
    – Les entreprises qui restent (48%) sont en limousin et comme il n’y a pas encore d’accès haut débit elles en ont rien à faire ? non plus…
    – les entreprises françaises manquent de dynamisme et ne sont pas dans le trip de l’innovation et ne voient pas l’intérêt d’une connexion internet ? ah là je sens une petite faille… alors ?
    Allez Alexis prend ton baton de pellerin et va prôner les bienfaits d’internet aux entrepreneurs qui refusent le changement, la modernité. D’ailleurs, au passage, si tu vois les travaux de Dorsal, profites en pour nous ramener quelques infos… j’imagine que le mec qui conduit l’engin qui enterre la fibre est au courant lui de où on en est …. ;-)))

  • Mon bâton de pélerin, je l’ai usé quelques années au tournant du siècle dans les programmes d’appui aux PME qui étaient, à l’époque, assez tendance.
    Portés par opportunités de financements publics au titre de divers programmes, l’assèchement de ces sources et l’épuisement de la clientèle nativement conquise par l’opportunités d’un conseil bon marché ont eu raison de ces actions.
    Mon avis est encore une fois qu’il faut dépasser les actions basés sur du volontariat et entrer dans une phase plus forcée, mais ça n’engage que moi.
    Pour le reste, il s’agit bien de la détention d’un site, pas de la connexion, car les PME françaises sont plutôt connectées, en tous les cas quand l’offre est là, notamment l’ADSL, acronyme magique s’il en est (…).
    Quand à Dorsal et Axione, toujours pas de visibilité claire en terme d’avancement de la couverture. Wait and see…