Donnez votre avis
February 7, 2006

Wif 2006, de l'autre côté du rideau…

Posted by Manuel Diaz

trophées wif 2006

Et voilà, le WIF 2006 s’est terminé samedi soir dernier. On a pu lire un peu partout dans la blogosphère les avis des uns et des autres sur l’événement. Je crois, à en croire les commentaires, que la grande majorités des intervenants et compétiteurs ont été ravis de cette phase finale à limoges. En tout cas je l’espère car je peux témoigner de l’investissement majeur de l’ARD Limousin sur l’événement et, même si c’est un travail d’équipe, plus particulièrement de Pia Abildgaard et Delphine Labrousse dont on peut saluer l’abnégation. Puisque les comptes-rendus sont nombreux sur le web, j’ai plutôt choisi de vous faire partager ma vision du WIF, celle des coulisses…

Technorati Tags: , ,

serveurs wif 2006

Tout d’abord, pour vous donner une petite idée de l’ampleur du travail, il faut savoir qu’en ce qui nous concerne, groupe Reflect a été chargé de l’ensemble de l’organisation technique pour les pré sélections dans tous les pays et la phase finale. Cela repose beaucoup, entre autre, sur ce que l’on voit peu : l’ensemble de la ferme de serveurs servant aux publications tant des compétiteurs que de l’organisation. Video streaming live, plus de 5000 comptes clients accueillants des publications web diverses et variées, monitoring permanent etc..

D’autre part, une autre de nos missions aura été de driver l’événement dans sa présence sur le web et la blogosphère. Il a fallu dans un premier temps s’assurer que ce festival adresse les bonnes tendances actuelles du web et permettrait à chacune des “familles” de ce petit monde de retrouver des conférences sur les sujets qu’il affectionne : accessibilité / flash et vidéo / motion design / blog etc… A ce sujet, je tiens a remercier tout particulièrement tous les gens qui ont eu la patience de nous écouter pendant que nous construisions le WIF et nous ont fait confiance. Ils sont très nombreux mais pour n’en citer que quelques uns, Johan, Peter, Tristan, Loic, Molly, Joshua, etc..

Pour être complètement transparent, nous avons commencé à travailler dès avril 2005 avec Nicolas sur cette édition 2006. Il est parfois difficile de se rendre compte à quel point il faut du temps pour fédérer toutes les énergies nécessaires à un tel festival. Je dois avouer que j’ai une relation toute particulière avec le WIF. Certainement parce que je l’ai vu naître sous sa forme toute première, à l’époque ou il agitait la sphère exclusivement limousine de l’Internet, encore sous le nom du “Marathon de l’Internet Créatif”. A cette époque, il y avait une cinquantaine de compétiteurs réunis à la BFM de Limoges qui s’affrontaient pendant 24h sous les yeux ébahis des passants qui venaient chercher leur livre le samedi matin à la bibliothèque 🙂

Thierry Aladavid Regards

L’originalité organisationnelle cette année a été l’intervention de la société Regards comme régisseur général du festival. Si je connaissais de (bonne) réputation cette entreprise, je n’avais pas encore eu l’occasion de travailler avec eux. Je dois dire que j’ai trouvé que l’ARD prenait une décision très sage en optant pour cette option vu l’ampleur qu’avait pris la manifestation. C’est ainsi que j’ai appris à connaître Thierry, au travers des premières réunions de travail. Au delà du personnage marquant et attachant, j’ai pu découvrir un grand professionnalisme doublé d’une personnalité subtile et d’une drôlerie incommensurable. Ami du second degré, bienvenu, ici on l’appelle coach le Thierry !

ester wif

video wif 2006

Après, ca fait un peu vieux cons, mais il faut bien reconnaître que, connaissant bien les lieux de la technopole ESTER et l’objet de notre intervention, travaillant avec des partenaires de groupe Reflect dont on connaît la qualité pour nous donner un coup de main, il ne s’agissait plus pour nous que de mettre en place cette belle plate-forme qui a permis à tout ce beau monde de s’amuser. Une petit dizaine de bornes wifi, un portail captif d’authentification, 300 mettre de câble réseau, de l’escalade, souffler sur les petits bobos des uns et des autres, et nous voilà en place.

Quelques photos de l’aménagement des lieux :

régie wif 2006

video wif 2006

webdesign international festival 2006

De tout cela, je retiens bien sur toute la joie qu’on peut ressentir lorsqu’on voit sur les visages tant des participants comme de son client, la satisfaction d’un bon moment partagé. Je suis très fier pour la région Limousin de voir qu’un tel événement peut avoir lieu chez nous, ici, en plein coeur de la France. Je suis également hyper heureux de voir qu’à force de travail, de pédagogie, de courage de faire les gens se rencontrer et se parler, toutes les énergies si différentes qu’il faut pour porter un tel festival ont su se fédérer autour d’un même objectif : réussir une prestation de qualité ! Nous sommes loin des clivages habituels souvent caricaturaux et contre-productifs. Services publics, universitaires et entreprises privées, quand nous nous rejoignons, nous faisons de si belles choses, le Wif en est l’exemple… et si nous continuions sur cette voie en permanence ? Tiens, ca me rappelle les leçons d’un voyage en Finlande pas si lointain 🙂

En ce qui nous concerne chez groupe Reflect, on peut aussi clairement témoigner des opportunités que le WIF permet en matière de développement économique. Nous avons déjà fixé plusieurs rendez-vous avec différents contacts rencontrés sur les lieux, et, sans pouvoir en dire plus pour l’instant, je dois dire que nous sommes en discussion avec une entreprise internationale pour un partenariat fort et étroit qui aura des retombés économiques évidentes pour le limousin.

johann boos

willy aladavid

Enfin, au delà de tout cela, je retiens aussi une autre chose majeure à mes yeux. J’ai passé un moment exceptionnel avec une équipe de professionnels, que je ne connaissais pas jusqu’alors et que ce projet m’a permis de découvrir. Je parle ici de relations humaines. De vrais pros mais aussi et surtout d’individus avec des valeurs humaines remarquables. Jennifer, Fred, Thierry, Willy et bien sur, mon petit Johann ! Merci à vous tous de votre collaboration et d’avoir su laisser s’installer des relations de respect voir d’amitié. Et ce n’est que le début de l’histoire !

  • David Chiron

    Cher Régisseur, il est 21H30 et après une courte journée de plus de 12H, à mon tour de philosopher.
    Si je comprends bien les remarques de Benoit (je précise au passage que je ne connais pas de Joseph de mon côté) je pense qu’il ne parlait pas pour sa pomme ni pour la mienne d’ailleurs mais pour des gens bien plus importants. De ce fait tout le monde qui fréquente ce blog et de manière plus générale, l’Internet; ce monde sait bien que si je n’avais pas était là, on chercherait encore les virus qui mangent les câbles. HUMOUR MON FRERE! (cf les inconnus, vous voyez la culture).
    Bien à vous tous.
    PS : On s’offre des fleurs demain 14 février ???

  • Denis

    Ben moi, je suis content…
    Lorsque je veux de la viande, je vais chez le boucher.
    Quand je fais réparer ma voiture, c’est chez le garagiste.
    Si je veux être beau, j’appelle un magicien.
    Tout ça pour dire qu’un événement d’ampleur comme le wif nécessite des compétences diverses et variées qui ne se trouvent pas chez un seul “prestataire” (et ni sous le sabot d’un cheval)… et les personnes en charge de l’organisation du wif ont joué justement sur la complémentarité des savoir-faire.
    Si on fait appel à des pros, c’est pour leurs talents, leurs qualités, leurs conseils, pour ne pas dire leur expertise, bref leur propre métier.
    Ça il ne faut pas l’oublier et savoir leur faire confiance.
    C’est justement l’union de ces talents qui fait que l’alchimie fonctionne ou pas (avec un peu de baguette magique des dames de l’ARDL et de la demoiselle aussi).
    Si cela fonctionne, il ne faut pas ensuite leur reprocher, au contraire.
    Et je pense que la mayonnaise a pris et commence (continue) à monter…
    À nous de continuer en mélangeant les bons ingrédients…
    Bises aux filles, tchoooo aux garçons.
    PS : Joseph était charpentier.

  • Merci Denis, c’est ce que j’ai tenté d’expliquer et de mettre en avant dans cette note, mais visiblement, quand on dit tout haut ce que l’on pense, ca ne plait pas à tout le monde. Je pense cependant que la réaction épidermique de Benoit est plus liée à des régurgitations intestines et internes et je fini par ne pas lui en vouloir. Après tout, et malheureusement, pour certains, un prestataire c’est aussi un punching ball, ca fait partie du job… Dommage… Ce n’était pourtant que la stricte réalité de mon ressenti et de ce qu’il s’est passé, comme tu le confirmes d’ailleurs dans ton commentaire. Je suis ravi d’ailleurs d’avoir collaboré avec toi et l’Agence dans ce projet, cela a été très intéressant et très bénéfique pour l’ARD.

  • ARD Limousin et WIF

    Les 2, 3, 4 f

  • Bonjour à tous, Et surtout merci !
    L’histoire du WIF, du levé de rideau jusqu’à cette troisième mi-temps, en passant par le blog du site du WIF, les bruits, les rumeurs, bref tout me fait bien rire et rien que pour ca je vous tire bien bas mon petit chapeau !
    Merci encore.

  • Jean-Luc Grellier

    C’est déjà ça, le rire c’est une des meilleures chose de la vie… mais alors, le WIF apporte du bonheur ??? Whaaaa c’est génial…. nous sommes loin de la “Guerilla online”… mais la compétition c’est quand même un peu ça non ? ;-))))

  • Oui Jean-luc, la vie apporte quotidiennement des bonheurs petits ou grands.
    Pour ma part, je ne mettrais pas la compétition au même plan que la guerilla. La démarche est volontaire dans le cas d’une compétition, subit ou initiée dans le cas d’une guerilla. Et puis on n’a pas encore dénombré de mort au WIF ? A part les organisateurs morts de fatigue peut-être ? ;-))

  • Ahhhhh non alors la guérilla comme son nom l’indique n’est pas vraiment une guerre, et puis ceux qui y participent sont bien souvent volontaires… comme caux qui participent au WIF… par contre c’est en terme de dommages collatéraux et d’implication sur les populations locales que j’y voit une nette différence effectivement… ;-))
    Allez sans aucune prétention de ma part, j’ajoute un tout petit zest de culture à ce blog : “La guérilla est un terme emprunté à l’espagnol utilisé pour décrire des combats en petits groupes, mobiles et flexibles pratiquant une guerre de harcèlement, d’embuscades, de coups de main menée par des unités régulières ou des troupes de partisans sans ligne de front.”