Donnez votre avis
January 27, 2006

Et l'avenir de l'internet dans tout ça ?

Posted by amo@emakina.fr

En novembre dernier, le Sommet Mondial de la Société de l’Information avait bien montré les enjeux sur l’avenir du réseau et les risques d’une reprise en main locale. Tout cela s’était terminé par un compromis pour renvoyer les questions à plus tard (comme la fois d’avant), mais cela n’empêche pas les choses de se passer.
Ainsi, il est de bon ton en ce moment de se farcir Google puisque le moteur de recherche s’est plié aux exigences du gouvernement chinois pour que la censure fasse son oeuvre. C’est regrettable, mais c’est aussi le signe d’une part que l’internet chinois est un enjeu premier, d’autre part que le réseau n’est pas à l’abri des contrôles étatiques.
En fait, je crois qu’il y a une vraie tendance de fonds pour nous mener non pas vers un internet ouvert, propre à être ce statut de bien public terreau d’innovation et de développement, mais vers différents péages et régulations plus ou moins agréables. On ne prête pas assez attention à cela, au risque de casse de l’Internet, on oublie un peu vite que beaucoup de ces certitudes sur lesquelles les profonds changement sociaux et économiques de la Société de l’Information sont basés ne sont pas aussi solides qu’on le pense.
Il paraît qu’on a passé le milliard d’internautes sur terre. La masse est donc une réalité, elle est apte à faire ou défaire les succès économiques, mais elle ne pèse pas encore politiquement sur l’avenir du réseau duquel le nouveau mode de vie qu’elle adopte dépend.

  • “On ne prête pas assez attention à cela, au risque de casse de l’Internet, on oublie un peu vite que beaucoup de ces certitudes sur lesquelles les profonds changement sociaux et économiques de la Société de l’Information sont basés ne sont pas aussi solides qu’on le pense.”
    Oui, tout à fait.
    Le net fut longtemps ignoré des pouvoirs traditionnels, se développant de sa propre vie. En commençant à sortir de sa sphère, et manifester ses effets partout, sur la politique et l’économie, ne serait-ce qu’en manifestant des forces et des logiques nouvelles au sein de la vie sociale, en concurrence des forces traditionnelles de l’Etat et du marché.
    Les réactions immunitaires de ces pouvoirs établis se mettent donc tout naturellement en place. Comme tout système, ils ne céderont pas leur pouvoir sans coup férir. Comme tout système, leur objectif naturel est de soumettre entièrement les forces nouvelles libérés par le net à leur propre logique. Chacun, avec ses principes propres, tentent de soumettre le net à ses formes de contrôle. Surveillance, identification, filtrage pour les Etats, contrôle de toute l’infrastructure, des tuyaux comme des machines, pour le marché. Que rien ne puisse filtrer qui ne soit pas passé par leur censure ou leur péage. Qu’aucune vie sociale ne puisse se construire sans qu’ils ne l’autorisent. L’Etat comme le marché trouvent en eux-mêmes la justification suffisante au refus de l’autonomie du réseau. Sans résistance, les espaces de libertés conquis, les formidables forces de production libérées par le net, seront reconquis par ces pouvoirs désormais qu’ils s’y intéressent. L’âge d’or de l’internet, quand il se développait se sa propre vie sans trop de gêne, est bien finie. Produire et échanger librement, sans trop se soucier d’autres choses, ne suffit plus aux internautes. Il faut désormais apprendre à s’organiser, développer des formes de conscience et d’action collective efficaces, sans quoi cette liberté même de produire et d’échanger ne sera pas défendue. L’heure est donc sans doute venue, pour le réseau, de montrer qu’il est aussi capable de prendre conscience du combat politique qu’il ne pourra éviter de mener.

  • Le net ou l’anarcho-communisme réellement existant

    Nous sommes de plus en plus à nous en apercevoir. L’avenir de l’Internet n’est en rien assuré. Pour la première fois de son histoire, il est même désormais directement menacé.
    Alexis par exemple nous averti : “On ne prête pas assez attention …

  • Bonjour… Réflexions intéressantes, qui me font penser aux récents ouvrages de gens comme Howard Rheingold (smart mobs) ou Joël de Rosnay (la révolte du pronétariat). Ces derniers sont plus optimistes que vous, et semblent considérer que la “victoire” des internautes sur les institutions établies n’est qu’une question de temps…

  • rima

    bonjour. bonnes reflexions…..